Welcome back !

J’espère que vous avez bien décompressé pendant l’été parce que la rentrée s’annonce chargée ! Quand je dis cela, je pense notamment à ceux d’entre vous qui travaillent dans les RH, et tout particulièrement ceux qui travaillent dans le domaine de la formation professionnelle.

Et oui, nous avons passé ces derniers mois à nous informer sur le pourquoi du comment et le contenu de cette réforme liée à la loi du 5 mars 2014… C’est bien. Mais maintenant, il est l’heure de passer à l’action ! Alors retroussons nos manches et en avant !

Le législateur ne s’y est pas trompé en sortant depuis fin août les premiers décrets tant attendus concernant les modalités d’application de cette réforme. Ces décrets devraient continuer à voir le jour tout au long du mois de septembre… alors ouvrez l’oeil ! Et si vous souhaitez un décodage, profitez de la journée organisée en partenariat avec la DGEFP :

Réforme de la formation : Le détail des décrets d’application. Le changement, c’est maintenant !

Au cours de cette journée, Umana interviendra sur la table ronde concernant la mise en oeuvre des entretiens professionnels.

Et oui, les entretiens professionnels font aussi partie des thèmes de la rentrée. Pour rappel, ces fameux entretiens doivent être mis en place par toutes les entreprises, quelque soit leur effectif. Ces entretiens professionnels doivent être accompagnés d’un bilan plus approfondi du parcours professionnel, réalisé tous les 6 ans et dans lequel est vérifié, entre autres :

A/ que le salarié a bénéficié de tous ses entretiens professionnels au cours des 6 dernières années.

B/ que le salarié a, au cours de ces 6 dernières années :

1- suivi au moins une action de formation ;

2- acquis des éléments de certification (par la formation ou par la VAE) ;

3- bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

Pour les entreprises de 50 salariés et plus, si le critère A et au moins 2 des 3 critères du B ne sont pas respectés, l’entreprise doit abonder le CPF de 100 heures pour un salarié à temps plein et de 130 heures pour un salarié à temps partiel. Elle doit également verser une somme forfaitaire complémentaire à son OPCA qui serait, si on en croit le premier projet de décret, de l’ordre de 12 € / heure. Si c’est confirmé, cela reviendrait à verser à l’OPCA 1200 € pour un salarié à temps plein et 1560 € pour un salarié à temps partiel (NB : Attention, les projets de décrets suivants indiquaient des sommes pouvant aller jusqu’à 30 € / heure).

Si vous souhaitez approfondir ce sujet passionnant des entretiens professionnels, rappelez-vous qu’Umana vous accompagne dans leur mise en place, par un conseil personnalisé ou par une formation :

Pour vos équipes RH : Mettre en oeuvre les nouveaux entretiens professionnels dans votre entreprise

Pour vos managers : Conduire les entretiens professionnels de son équipe

 

Sur ce, bonne rentrée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *