Burn out : Comment réagir en tant que manager ?

J’ai peur qu’une personne de mon équipe fasse un burn-out. Mais je m’inquiète peut-être pour rien… Comment savoir ?

Vous avez raison de vous inquiéter si votre collaborateur présente plusieurs de ces signes :

  • Difficultés de concentration : idées embrouillées, confusion…
  • Surinvestissement dans son travail : horaires à rallonge, hyper connexion numérique…
  • Fatigue constante : Fatigué dès le matin. Il vous parle d’insomnies.
  • Son travail semble être sa principale préoccupation : Il ne fait pas allusion à des loisirs, ou à une vie en dehors de sa vie professionnelle.
  • Irritabilité : Il a des accès de colère. Il passe facilement du rire aux larmes.
  • Déni : Vous avez beau l’alerter sur son risque de surmenage, il ne vous entend pas et se replie sur lui.
  • Douleurs physiques : Maux de tête, douleurs musculo-squelettiques, palpitations, troubles du comportement alimentaire, infections à répétition…
  • Addiction(s) : Alcool, tabac, café, boissons énergisantes…
  • Manque de discernement : Affolé à la moindre petite difficulté, déboussolé par un changement mineur, incapable de prioriser.
  • Altération des relations avec autrui : Emotions à fleur de peau, agressivité, irritabilité, cynisme, évitement.

N’attendez pas que votre collègue ait tous ces signes de mal-être au travail pour réagir, car il sera trop tard !

Et attention : Contrairement à la dépression, une personne approchant le burn out n’est pas toujours triste !

Mais alors, que faire si une personne de mon équipe présente ces signes ?

Montrez lui qu’elle peut compter sur vous

Commencez par lui parler, individuellement, régulièrement. Dites-lui que vous avez remarqué qu’elle n’allait pas bien. Offrez-lui un espace d’écoute. Même si vous avez l’impression qu’elle ne vous entend pas, continuez ! Le jour où cette personne sera prête à entendre qu’elle a besoin d’aide, elle se souviendra alors qu’elle peut venir vous voir.

Acceptez, vous aussi, de demander de l’aide

Parlez-en à votre Direction, à votre service RH. En tant que manager, vous avez besoin d’être épaulé pour accompagner une personne en mal-être. Acceptez que, vous aussi, vous allez avoir besoin d’aide, sinon vous risquez vous aussi l’épuisement.

Aménagez-lui une “bulle”

Aménagez autant que possible, en concertation avec elle, les autres membres de votre équipe et votre direction, une “bulle” autour de cette personne (allègement de sa charge de travail, organisation différente…), pour une protection d’urgence de sa santé. Prévoyez tout de suite que cette bulle sera certainement nécessaire pendant plusieurs mois.

Demandez-lui d’aller consulter son médecin

Incitez cette personne à aller consulter son médecin. Le burn out est une maladie ! Seul un médecin peut réellement le diagnostiquer. Au-delà des 5 premiers signes listés plus haut, il y a de grandes chances que son médecin l’arrête. Dans tous les cas, ce sera l’étape sine qua none avant de pouvoir envisager repartir sur de bonnes bases.

Enfin, faites appel à une aide extérieure

Les personnes en burn out ont la particularité, quand elles acceptent enfin d’être arrêtées pour prendre soin de leur santé, de développer une peur quant à leur retour dans la vie professionnelle : peur de ne pas pouvoir y retourner, peur d’être incapable de pouvoir à nouveau retravailler un jour… Et même si l’épuisement professionnel est pris à temps et ne nécessite pas d’arrêt, la personne devra de toutes façons apprendre les clés, découvrir les ressources qu’elle a en elle pour travailler différemment. Tout cela ne peut se faire qu’avec une personne externe à l’entreprise.

Photo by Meghan Holmes on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *